PhD : Real-time data assimilation for flood forecasting

Assimilation de données en temps réel pour la modélisation hydrologique et la prévision de crues dans des bassins versants alpins aménagés (thèse Alain Foehn)

Le projet de recherche “Real-time data assimilation for hydrological modelling and flood forecasting in equipped alpine catchments” s’inscrit dans le cadre du système cantonal MINERVE pour la prévision et la gestion des crues en Valais. Ce projet de thèse est supervisé par le Laboratoire de Constructions Hydrauliques (LCH) de l’EPFL et financé par le CREALP. Mené également en partenariat avec le Canton du Valais, MétéoSuissse, HydroCosmos et l’Universitat Politècnica de València (UPV), il vise à améliorer la performance des prévisions hydrologiques en milieu alpin.

L’implémentation du système MINERVE a permis d’identifier un certain potentiel d’amélioration, notamment en lien avec la spatialisation des précipitations, le calage du modèle hydrologique et l’assimilation de données en temps réel. Ce projet de thèse, nommé ici MINERVE D3 (D=data, 3=3ème cycle du projet MINERVE), a justement pour objectif de répondre à ces défis.

Durant l’année 2015, différentes méthodes de spatialisation de données de précipitation au sol ont été explorées à travers la littérature. Ces méthodes visent à estimer au mieux la quantité de précipitation sur l’ensemble du territoire. La méthode géostatistique du krigeage a été retenue pour le développement d’une méthodologie de spatialisation, combinant les données des stations au sol avec les données de radars météorologiques. En 2016 (1ère phase du projet), une telle méthode de spatialisation a été développée pour le territoire du Canton du Valais.

La performance de tout modèle hydrologique est avant tout dépendante de sa paramétrisation et considérer de nouvelles sources de données contribue à améliorer cette dernière. La modélisation des processus de fonte de neige du modèle GSM-SOCONT, utilisé dans l’outil RS MINERVE, est basée sur un paramètre reliant le taux de fonte à la température. En 2017 (2ème phase du projet), une méthode visant à optimiser le calage de ce paramètre est développée en exploitant des données de hauteur de neige mesurée au sol, des estimations satellitaires de la couverture neigeuse (MODIS), ainsi qu’un produit de l’équivalent en eau de la neige (développé par le SLF). L’ensemble des paramètres sont ensuite calibrés et le modèle hydrologique affiné.

Les différentes phases de réalisation du projet MINERVE D3

Une fois le modèle calibré, des données observées en temps réel, telles que des mesures de débit et de hauteur de neige, sont intégrées dans le système de prévision (3ème phase du projet). Ceci permet d’optimiser les variables d’état du modèle, utilisées comme conditions initiales pour le calcul de la prévision hydrologique. Lors de cette phase, différentes méthodes d’assimilation de données ont été explorées pour finalement définir la méthode optimale à utiliser.

Ce projet de recherche a permis de réduire considérablement les incertitudes et d’avoir une meilleure fiabilité des prévisions hydrologiques.

Informations

Thèse de doctorat de : Dr Alain Foehn
Durée : 2015 – 2020

Pour aller plus loin

Foehn, A., García Hernández, J., Alesina, S., Schleiss, A., & Fluixá Sanmartín, J. (2016). Los desafíos de la modelización hidrológica y la previsión de crecidas en tiempo real en alta montaña. In XXVII Congreso Latinoamericano de Hidráulica-LADHI (No. CONF).

Foehn, A., De Cesare, G., Schleiss, A., Garcia Hernàndez, J., & Schaefli, B. (2016). Spatialization of precipitation data for flood forecasting applied to the Upper Rhone river basin (No. CONF).

Foehn, A., García Hernández, J., Schaefli, B., & De Cesare, G. (2018). Spatial interpolation of precipitation from multiple rain gauge networks and weather radar data for operational applications in Alpine catchments. Journal of Hydrology, 563, 1092‑1110.

Schaefli, B., Hingray, B., Niggli, M., & Musy, A. (2005). A conceptual glacio-hydrological model for high mountainous catchments. Hydrology and Earth System Sciences, 9(1/2), 95‑109.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Centre de recherche sur l'environnement alpin